Le 11 mai, date du déconfinement, a été pour beaucoup synonyme de liberté, bien que toute relative, mais pour les entreprises cette date signifiait aussi le retour au travail. Après avoir trouvé des solutions pour faire face à cette crise inédite (télétravail forcé, activité partielle, réduction de l’activité, etc) les RH n’ont pas eu le temps de se reposer et ont dû mobiliser toutes leurs compétences en vue d’une reprise progressive, dans un monde qui (pour l’instant) ne ressemble en rien à celui d’avant. Sécurité des collaborateurs, hygiène, réaménagement des espaces, poursuite du télétravail, ... : autant de sujets qui ont nécessité d’être revus et corrigés pour permettre aux collaborateurs de poursuivre ou de reprendre l’activité.

Quelles mesures sont envisagées au sein des entreprises ? Quelles sont les bonnes pratiques en matière de santé et de conditions de travail ? Comment sont associés les représentants du personnel ? LANDRH nous apporte des éclaircissements avec son enquête : "Déconfinement et reprise d'activité : les DRH ont la parole !"Déconfinement et reprise d'activité : les DRH ont la parole !" L’association a interrogé plus de 500 responsables RH sur les mesures qu’ils envisageaient de mettre en place dans le cadre du déconfinement. Passage en revue des principaux enseignements de l’étude ! 

Déconfinement et reprise du travail: la préparation des RH

La reprise d’activité a été globalement préparée avec une appréhension « moyenne ». 22% des répondants à l’enquête font part de difficultés mais 30% sont plutôt confiants quant à la reprise. 

1- La mise en place de mesures d’hygiène

La mise en place de nouvelles mesures d’hygiène est indispensable et approuvée par la très grande majorité des Responsables RH. La sécurité des collaborateurs, qui était déjà un sujet majeur et une obligation légale,  est devenue avec cette crise un enjeu encore plus crucial pour les entreprises.

99 % des sondés sont favorables à la mise à disposition de gel hydroalcoolique, 94 % sont pour la distribution de masques de type "grand public" au sein de leur entreprise et 79 % pour la mise en place d'un suivi spécifique en lien avec la médecine au travail. 75% sont également favorables à la mise en place d’une cellule d’écoute et de soutien du personnel en interne.

Cependant, d’autres mesures plus « intrusives » et qui nécessiteraient l’accord du salarié, recueillent des avis mitigés :

  • 51% des répondants ne sont pas favorables à la prise de température à l’entrée des locaux, même si pour les entreprises de moins de 300 salariés beaucoup n’ont pas encore d’avis (18% de « ne sait pas »)
  • Quant à la mise en place d’un tracking au niveau de l’entreprise, les réponses sont encore plus mitigées : 37% des sondés sont contre une application du type stop-covid au sein de l’entreprise, 30% ne savent pas et 33% sont pour.
  • 48% des répondants ne savent pas si une application de ce type serait bien accueillie par le personnel et les partenaires sociaux.

Trois difficultés principales sont pointées du doigt concernant ce type de mesure : le refus du personnel est cité en premier par 74% des répondants, vient ensuite le respect du RGPD (56%) et enfin le respect du secret médical pour 54% des RH.

Les Ressources humaines et les organisations ont assez largement anticipé la reprise, en lançant notamment des commandes de matériel de protection pour 85% des sondés, ce chiffre n’atteint néanmoins que 57% pour les plus petites entreprises. En revanche, toutes ont souvent été confrontés à des difficultés d’approvisionnement.

Parmi les autres mesures évoquées : la mise à disposition d'équipements de protection complémentaire (lunettes, visières, sur-blouse...), distribution de kits de protection, affichage des mesures et communication renforcée dans les locaux, formation aux gestes barrière ... 

 

2- Le réaménagement des espaces de travail

Un des principaux enjeux autour du retour dans les bureaux concerne le réaménagement des locaux. Avec un certain nombre de recommandations et d’obligations formulées par le gouvernement (retrouvez-les ici) et dans le but d’assurer la sécurité des collaborateurs, il était nécessaire d’adapter les espaces de travail.

Plusieurs types de réaménagements sont envisagés :

  • 88% des répondants souhaitaient limiter le nombre de personnes dans un même espace ;
  • 86% renforcent le nettoyage des locaux ;
  • 86% ont mis en place le retour progressif du personnel dans l’entreprise ;
  • 70% des sondés étaient pour le maintien partiel ou total en télétravail des salariés qui le pratiquaient durant les 2 mois de confinement
  • 62 % des entreprises envisageaient de réaménager les espaces de travail afin notamment de permettre aux salariés de garder une distance de sécurité les uns avec les autres.
  • 52% souhaitaient aussi mettre en place un aménagement des horaires pour limiter que les collaborateurs se croisent aux heures d’entrée et de sortie.

Plusieurs mesures complémentaires ont été citées par les répondants à l’enquête comme par exemple : la transformation des salles de réunion en bureaux, la mise en place de parois en plexiglas pour séparer les espace, l’installation d’un marquage au sol pour maintenir le mètre de distance recommandé, la limitation à une seule personne à la fois dans les ascenseurs ou encore des restrictions d’accès aux salles de pause.

 

3- L’importance de la communication autour du déconfinement

L’étude de l’ANDRH porte aussi sur la communication autour du déconfinement et sur la façon dont les salariés sont impliqués dans la préparation à la reprise.

Les IRP (Instances représentatives du personnel) restent les interlocuteurs privilégiés (pour 85% des sondés) quand 37% passent par les managers. Enfin, 15% des répondants ont lancé une enquête auprès de leurs collaborateurs. On peut noter une différence selon la taille de l’organisation, plus elles sont petites, moins elles sont passées par les représentants du personnel privilégiant le contact plus direct avec les managers et les collaborateurs.

Pour la moitié des répondants, les partenaires sociaux et / ou le personnel ont été associés à la communication d’un bilan de la crise. Cette donnée est aussi à relativiser en fonction de la taille des entreprises : 79% de celles de moins de 50 salariés n’ont pas communiqué ce type de bilan, alors que 63% des organisations qui comptent entre 300 et 1000 salariés l’ont fait.

A la question de savoir comment sont associés les partenaires sociaux, les sondés ont répondu :

  • Par des échanges formels, types points d’informations et réunions régulières, pour 85% ;
  • Par des échanges informels, pour 57% ;
  • Par la négociation d’un ou de plusieurs accords d’entreprise pour 24%

Plus les organisations sont petites, plus les échanges se révèlent informels.

Concernant les sujets les plus abordés avec les partenaires sociaux, les congés payés / RTT et jours de repos arrivent en tête pour 79% des sondés. Le développement du télétravail est le deuxième sur la liste (avec 68% de réponses) suivi, de l’aménagement des temps de travail (54%), des rétributions des salariés (37%) et du dialogue social (28%).

La communication et l'accompagnement des collaborateurs restent des sujets primordiaux dans le cadre du retour au travail. L'ANDRH conseille aux entreprises d'être transparentes et de maintenir des communications régulières, d'être à l'écoute des collaborateurs, de conserver un lien avec eux et les managers et de sur-communiquer

 

4 - Et le télétravail dans tout ça ?

Cette crise sanitaire inédite a obligé les entreprises à s’adapter, en permettant notamment de faire du télétravail « de masse ». Finalement, elle a aussi permis d’ouvrir de nouvelles perspectives, pour le futur, au développement du travail à distance.

« Pensez-vous que le télétravail va se développer au sein de votre organisation après la crise ? », 74% des sondés acquiescent. « La situation actuelle a démontré que le télétravail pouvait devenir un modèle important dans l'organisation du travail et a levé un certain nombre de freins tant des salariés que des managers ».

Parmi celles et ceux qui s’attendent à un développement du télétravail au sein de leur organisation :

  • 46% prévoient la négociation d’un nouvel accord ou la renégociation d’un accord déjà existant
  • 36% souhaitent la mise en place d’une charte (ou la mise à jour d’une charte déjà existante)
  • 18% veulent développer le télétravail sans formalisation particulière.

Néanmoins, les entreprises relèvent aussi plusieurs freins au développement du travail à distance : la compatibilité de certains postes ou de certaines activités, la volonté des salariés de pratiquer le télétravail et la réticence de certaines Directions Générales.

D’autres mesures sont envisagées par les répondants concernant le télétravail après le confinement : le maintien du travail à distance pour l'ensemble des équipes jusqu’à l’été ou la rentrée scolaire par exemple, la mise en place de roulements (télétravail /travail sur site en alternance), définition de critères de priorité en prenant en compte les situations individuelles.


On peut retenir que globalement, les entreprises se sont préparées au retour à l'activité. La fonction RH a mis ses compétences et sa créativité à l'épreuve pour trouver des solutions aux nombreux problèmes qui sont apparus. Que ce soit au niveau du télétravail, qui devrait se poursuivre, du réaménagement des locaux, de la communication ou encore des nouvelles règles sanitaires, les professionnels RH sont globalement prêts. Toutefois, quelques chiffres prouvent que cette crise inédite, laisse encore des questions sans réponses claires.

 

Avec la crise sanitaire, le télétravail s'est imposé à plus de 5 millions de personnes. Va-t-il devenir la norme? Comment le mettre en place et s'assurer qu'il soit efficace ? Quels sont ses avantages et quel rôle doivent jouer les RH ? Les réponses dans notre webinar "Télétravail, la partie émergée de l'iceberg ?"

 

Visionner le replay

 

bg-img-form3.png

Abonnez-vous à notre newsletter

Tous les jeudis, recevez directement dans votre boîte mail nos derniers articles !

bg-img19.jpg
Capture d’écran 2019-02-26 à 17.18.00
Téléchargez NOTRE EBOOK - LA DIGTIALISATION RH EN 2019

Avec ce document, vous saurez :

  • comment assurer la continuité de l'offre de services face aux évolutions réglementaires (RGPD, PAS, Loi Travail)

  • la gestion des données RH - retour d'expérience de l'équipe RH d'Atos

  • comment font les équipes RH pour améliorer l'expérience collaborateur ;

  • des télétravailleurs aux freelancers, comment assurer la transformation de la relation salarié !

The Digital Road : 3ème édition

Laisser un commentaire

FR18-Global-compliance-RGPD-minisite.png
demo_peopledoc.gif